MasterCard Canada Section de la presse

Communiqués

Selon MasterCard Canada, la réglementation gouvernementale des frais payés par les commerçants pourrait nuire aux détaillants et aux consommateurs

Un nouveau sondage révèle que les Canadiens utilisent leur carte de crédit avec assurance et confiance

TORONTO, le 22 avril 2009 – Aujourd’hui, devant le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce, MasterCard Canada a indiqué croire fermement que le fait de réglementer davantage les frais liés au système de paiement aura des répercussions négatives imprévues sur les consommateurs et les détaillants du Canada.

« Les systèmes de cartes de crédit implantés au Canada ont trouvé un bel équilibre et ils sont gérés de façon à fournir une valeur maximale aux commerçants, aux titulaires de cartes et à l’économie canadienne », commente Kevin Stanton, président, MasterCard Canada. « La structure réglementaire canadienne actuelle protège les intérêts de toutes les parties prenantes. Un contrôle direct des coûts étoufferait l’innovation, diminuerait la compétition et nuirait aux consommateurs. »

MasterCard déplore que le Conseil canadien du commerce du détail (CCCD) et la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) aient choisi de faire appel à la réglementation publique avant d’émettre leurs recommandations auprès de MasterCard.

Lorsque le CCCD et la FCEI ont démarré leurs campagnes en septembre dernier, MasterCard s’est empressée de communiquer avec ces organisations.

« Cette question relève essentiellement d’une dispute commerciale à l’intérieur du secteur privé », explique M. Stanton. « Nous avons rencontré la FCEI et avons eu une discussion franche avec elle, mais cette dernière n’a pas apporté de recommandations. »

MasterCard et la FCEI ont depuis convenu de se rencontrer au début du mois de mai afin de discuter des recommandations que cette dernière a présenté devant le Comité sénatorial. MasterCard attend toujours une réponse de la part du CCCD, quant à l’invitation qu’elle lui a lancée pour organiser une rencontre similaire.

Les titulaires de cartes de crédit canadiens sont des utilisateurs avisés et fidèles de ce mode de paiement.
MasterCard a également publié aujourd’hui les résultats d’un nouveau sondage qui révèle que les titulaires canadiens de cartes de crédit utilisent activement, et avec assurance, leurs cartes de crédit, et qu’ils savent comment tirer le meilleur parti de ce mode de paiement.

Voici quelques résultats du sondage mené par MasterCard :

  • Plus des trois quarts (79 %) des titulaires de cartes de crédit ont indiqué qu’ils trouvaient que les cartes de crédit sont un mode de paiement commode; de ce nombre, près de la moitié (47 %) ont répondu qu’ils étaient tout à fait d’accord avec cette affirmation.
  • Les deux tiers (62 %) des titulaires ont affirmé qu’ils se sentiraient limités dans leurs choix, en tant que consommateurs, s’ils n’avaient pas accès à une carte de crédit. Cette tendance a été observée chez les titulaires de toutes les tranches de revenu. Toutefois, plus de un titulaire sur dix (12 %) a cessé, au cours des 12 derniers mois, de fréquenter un commerce parce qu’il ne pouvait pas y payer ses achats avec sa carte de crédit.
  • La moitié des titulaires ont indiqué que, sans carte de crédit, il leur serait plus difficile d’effectuer leurs transactions régulières.
  • Le tiers (32 %) des titulaires ont répondu qu’ils payaient le plus d’achats possible avec leur carte de crédit de manière à effectuer un meilleur suivi de leurs dépenses et de mieux gérer leur budget.
  • La vaste majorité (80 %) des titulaires ont indiqué que les programmes de récompenses constituaient une valeur ajoutée. Les deux tiers (62 %) des titulaires préfèrent payer par carte de crédit plutôt que d’utiliser un autre mode de paiement afin d’accumuler des points de récompenses.
  • Les titulaires comprennent bien les obligations liées à l’utilisation de leur carte de crédit. Une proportion de 94 % des titulaires de cartes ont indiqué qu’ils comprenaient qu’ils étaient responsables de l’utilisation de leur carte et des frais qui en découlent. En outre, 98 % des répondants ont indiqué qu’ils comprenaient qu’ils avaient l’obligation de payer les achats effectués, et 96 % ont indiqué qu’ils savaient que des frais d’intérêts seraient portés à leur compte s’ils ne remboursaient pas leur solde à temps.

« Selon nous, ces résultats indiquent que le paiement par carte de crédit demeure l’un des modes de paiement privilégiés par les consommateurs canadiens », indique M. Stanton. « Les Canadiens utilisent leurs cartes de crédit de façon intelligente et éclairée, et sont de plus en plus nombreux à opter pour la commodité, la valeur et les avantages conférés par les cartes de crédit. »

Introduire une concurrence sur le marché du débit au Canada
Des groupes représentant les intérêts des détaillants ont demandé au gouvernement du Canada de prendre des mesures pour éliminer la concurrence sur le marché du débit. Aujourd’hui, devant le Comité sénatorial, MasterCard a expliqué comment la concurrence avantagerait les commerçants et les consommateurs.

« En y favorisant les forces du marché plutôt que le monopole, le système de cartes de débit canadien sera davantage en mesure d’apporter de la valeur aux commerçants et aux consommateurs, sous la forme de choix additionnels, de concurrence sur les prix, d’innovations et de couverture internationale »,  a affirmé M. Stanton.

MasterCard tient à présenter de nouveau les éléments clés suivants, qui concernent les frais d’interchange et le marché du débit :

Interchange
(pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site www.veriteinterchange.com)

  • Le système de paiement canadien fonctionne très bien. Il offre aux consommateurs et aux commerçants commodité et sécurité. Il fonctionne toujours aussi efficacement et soutient le commerce, malgré la crise mondiale du crédit. Chaque année, les systèmes de cartes de crédit traitent plus de 240 milliards de dollars de transactions commerciales au Canada.
  • Un commerçant qui accepte une transaction par carte de crédit profite d’une garantie de paiement, même si les consommateurs sont de plus en plus nombreux à ne pas payer leur compte à temps.
  • Les commerçants profitent de toutes sortes d’avantages : augmentation des ventes, plus grande efficience du paiement, réduction de la manipulation d’argent comptant, satisfaction de la clientèle et commodités pour les clients, facilité du commerce électronique, traitement des ventes à l’étranger, calcul et conversion automatiques des devises, et ainsi de suite.
  • Les frais d’interchange sont déterminés uniquement entre les acquéreurs (qui assurent le traitement des transactions par carte pour les commerçants) et les sociétés émettrices de cartes de crédit. Celles-ci perçoivent des frais d’interchange pour couvrir les coûts et le risque important qu’assume le système des cartes de crédit, notamment les périodes pendant lesquelles aucun intérêt n’est imposé, la gestion des comptes, les pertes liées au crédit, la protection contre les fraudes et le traitement.
  • Les taux d’interchange de MasterCard au Canada demeurent inférieurs à ceux imposés dans des marchés comparables, y compris aux États-Unis, et moins élevés que les taux fixés par American Express au Canada. Parmi les pays dont les taux d’interchange pondérés sont supérieurs à ceux du Canada, mentionnons l’Allemagne, l’Argentine, le Brésil, la Grèce, l’Indonésie, le Japon, les Philippines, la Pologne, le Portugal, la Suisse, la Turquie et l’Uruguay.
  • MasterCard ne retire aucun revenu des frais d’interchange.
  • Les consommateurs ne paient pas les frais d’interchange ni les frais défrayés par les commerçants.
  • Les commerçants qui décident d’accepter les cartes de crédit retirent en contrepartie des frais payés de nombreux avantages. Ces frais reflètent la valeur de ces avantages.
  • Les commerçants paient des droits déterminés par leur acquéreur, non pas par MasterCard. Les frais d’interchange ne représentent qu’une partie des frais que doivent payer les commerçants.
  • MasterCard a rajusté en 2008 les taux d’interchange pour la première fois depuis sept ans. Certains taux ont même été réduits.
  • Les commerçants peuvent savoir quel taux d’interchange MasterCard impose en allant sur le site www.mastercard.ca. Cette information est disponible sur le site depuis plus de deux ans.
  • Lorsque l’Australie a réglementé les frais d’interchange, les consommateurs ont été privés de certains avantages que leur offraient les cartes de crédit, et rien ne prouve que les détaillants ont profité des économies réalisées pour réduire les prix.

Débit

  • MasterCard Worldwide propose une solution de paiement par carte de débit assortie d’un NIP – la carte MaestroMD, utilisée par plus de 652 millions de titulaires dans plus de 100 pays.
  • MasterCard Canada se prépare à étendre son système mondial de traitement des transactions par débit et pourrait offrir aux consommateurs et aux commerçants canadiens des avantages extrêmement intéressants.
  • Les consommateurs canadiens pourraient utiliser leur carte de débit Maestro partout dans le monde.
  • Grâce à Maestro, les commerçants du Canada pourraient accepter les cartes de débit des clients de l’étranger.
  • MasterCard mettra les progrès de la technologie à contribution notamment en améliorant la sécurité et la protection contre les fraudes et en proposant des modes de paiement innovateurs comme la carte de paiement sans contact PayPassMD, le paiement en ligne et le paiement par téléphone cellulaire.
  • MasterCard gère un réseau mondial de débit dont les activités sont centralisées et qui fonctionne jour et nuit, toute la semaine. Ce réseau dispose d’une capacité largement supérieure à celle du réseau de débit actuellement en place au Canada. De fait, en plus de sept ans, le réseau de MasterCard n’est jamais tombé en panne.
  • MasterCard stimulera la concurrence dans le marché canadien des cartes de débit, où elle était inexistante.

À propos de MasterCard Worldwide
MasterCard Worldwide fait progresser le commerce mondial en tissant des liens économiques vitaux entre les établissements financiers, les entreprises, les titulaires et les commerçants du monde entier. À titre de société offrant le franchisage, le traitement des données et des conseils financiers, MasterCard crée et met en marché des solutions de paiements, traite plus de 21 milliards de paiements chaque année et fournit les meilleurs services d’analyse et de consultation de l’industrie aux institutions financières clientes et aux commerçants. Grâce à son ensemble de marques, dont MasterCardMD, MaestroMD et CirrusMD, MasterCard est au service des consommateurs et des entreprises dans plus de 210 pays et territoires. Pour plus de renseignements, veuillez visiter le site www.mastercard.com.

Le présent rapport fait état des conclusions d’un sondage mené par téléphone par le Groupe de recherche Environics auprès d’un échantillon de 1 001 Canadiens âgés de 18 ans et plus (500 hommes et 501 femmes) choisis au hasard. Avec un échantillon de cette taille, les résultats sont considérés comme précis à plus ou moins 3,10 points de pourcentage, 19 fois sur 20. Les entrevues ont été menées entre le 5 et le 8 avril 2009.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Isabel Massey / Miriam Lauzon
Capital-Image
514 739-1188 postes 227/235
imassey@capital-image.com / mlauzon@capital-image.com