MasterCard Canada Section de la presse

Communiqués

La Dualité laisse Entrevoir des Possibilités de Croissance pour MasterCard

TORONTO, le 17 novembre 2008 – MasterCard salue la décision du commissaire de la concurrence du Canada selon laquelle la dualité au Canada, tant pour les émetteurs que pour les acquéreurs de cartes de crédit, est appropriée sur le plan de la concurrence. Par le passé, le Bureau de la concurrence favorisait un environnement sans dualité, et les institutions financières ne pouvaient émettre ou acquérir des cartes de crédit concurrentes.

Selon les statistiques de l’industrie, MasterCard a connu la plus forte augmentation pour ce qui est du volume d’achats, du nombre de titulaires et du nombre de transactions. Ainsi, MasterCard est la marque de paiement qui a connu la croissance la plus rapide au Canada au cours des trois dernières années, dans un secteur qui comprend notamment Interac (l’unique réseau de paiement par débit au Canada), American Express et Visa. Comme elle donne accès à de nouveaux émetteurs et titulaires, la dualité permettra à MasterCard de poursuivre dans cette voie qui offre des perspectives de croissance particulièrement intéressantes. La dualité contribuera également à simplifier le marché canadien de l’acquisition et à le rendre plus attrayant pour MasterCard, qui aura la possibilité d’élargir l’acceptation et de mettre en place des innovations en matière de paiement au point de vente.

« Une grande partie du succès de MasterCard au Canada est attribuable à ses partenariats solides et de longue date avec certaines institutions financières » a expliqué Kevin Stanton, président, MasterCard Canada. « Ensemble, MasterCard et ses clients ont continuellement su mettre en valeur la marque, la technologie et l’acceptation à grande échelle de MasterCard pour offrir aux titulaires et aux commerçants des programmes novateurs et de qualité supérieure. Notre approche centrée sur le client représentera un atout appréciable dans un environnement de dualité. La capacité inégalée de MasterCard de fournir des solutions pertinentes, adaptées aux besoins et axées sur les résultats y constituera en effet plus que jamais un important facteur de distinction et de succès. »

La transition vers la dualité permettra aux consommateurs, aux entreprises et aux commerçants de profiter d’une concurrence plus vive et d’une innovation accrue dans le domaine des paiements au Canada, car un plus grand nombre d’institutions financières, de même que leurs clients, auront accès aux technologies de pointe de MasterCard, comme le service de paiement sans contact PayPassMC, les paiements par téléphone cellulaire, la carte de paiement d’entreprise MultiMD, les services améliorés de paiement sur Internet de même que la principale plateforme technologique mondiale de l’industrie.

À propos de MasterCard Worldwide
MasterCard Worldwide fait progresser le commerce mondial en tissant des liens économiques vitaux entre les établissements financiers, les entreprises, les titulaires et les commerçants du monde entier. À titre de société offrant le franchisage, le traitement des données et des conseils financiers, MasterCard a su créer et mettre en marché des solutions de paiements, traiter plus de 18 milliards de paiements chaque année et fournir les meilleurs services d’analyse et de consultation de l’industrie aux institutions financières clientes et aux commerçants. Grâce à son ensemble de marques, dont MasterCardMD, MaestroMD et CirrusMD, MasterCard est au service des consommateurs et des entreprises dans plus de 210 pays et territoires. Pour plus de renseignements, veuillez visiter le site www.mastercard.ca.

Personne-ressource :

Isabel Massey
Conseillère principale
Capital-Image
514 739-1188, poste 227
imassey@capital-image.com


Énoncés Prospectifs

Certains énoncés contenus dans le présent communiqué de presse, notamment les énoncés touchant les projets, les stratégies, les convictions et les attentes de MasterCard, sont de nature non pas historique, mais prospective, et sont assujettis aux dispositions relatives à la règle refuge prévue par la Private Securities Litigation Reform Act des États-Unis de 1995. Les énoncés prospectifs ne sont valables qu’à la date où ils sont produits. En conséquence, sous réserve des obligations permanentes auxquelles elle est astreinte aux termes des lois fédérales américaines relatives aux valeurs mobilières, la société n’entend pas procéder à une mise à jour ni à aucune autre forme de révision des présents énoncés prospectifs pour rendre compte des résultats réels des activités, de changements généraux de nature économique, de nouvelles conditions au sein de l’industrie, du changement de la situation financière, des nouvelles prévisions, des attentes, des hypothèses ou de toute autre situation survenue après la rédaction du présent communiqué de presse, ou qui se ferait l’écho d’un quelconque événement imprévu survenu depuis ce temps. Voici quelques exemples d’énoncés prospectifs :

• la capacité de la société de continuer à connaître la plus forte croissance de l’industrie pour ce qui est du volume d’achats, du nombre de titulaires et du nombre de transactions;

• la capacité de la société de donner accès à de nouveaux émetteurs et titulaires grâce à la décision rendue par le commissaire de la concurrence du Canada à propos de la dualité;

• la capacité de la société d’élargir l’acceptation et de mettre en place des innovations en matière de paiement au point de vente;

• la capacité de la société de continuer à fournir des solutions pertinentes, adaptées aux besoins et axées sur les résultats et de profiter ainsi d’un important facteur de distinction et de succès;

• la capacité de la société d’offrir aux institutions financières et à leurs clients un accès à des technologies de pointe.

Dans la pratique, les résultats peuvent s’écarter sensiblement des énoncés de nature prospective de ce genre pour un certain nombre de raisons, notamment celles exposées dans les documents déposés par la société auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis en 2008, comme le rapport annuel de la société pour l’exercice se terminant le 31 décembre 2007 (formulaire 10K), les rapports trimestriels de l’entreprise (formulaire 10Q) et les rapports courants (formulaire 8K). En outre, certaines difficultés, des retards, l’incapacité de la société de mettre en œuvre ses initiatives stratégiques, de même que d’autres facteurs non mentionnés aux présentes, peuvent aussi expliquer un écart substantiel entre les résultats attendus et les résultats réels.